lundi 31 décembre 2012

Une revenante...

Cela fait un petit moment que je songe à revenir...

Mais pourquoi 5 mois de silence ? Parce que je n'ai pas cuisiné pendant tout ce temps ? Ce fut vrai au début puis j'ai enfin retrouvé le chemin de ma cuisine depuis quelques semaines après plusieurs mois de fatigue et de nausées...

Puce s'est installée au chaud dans mon ventre et sa maman ne s'est plus reconnue l'espace de quelques mois... Plus envie de chocolat, de thé, de petits biscuits... Plus envie de cuisiner ni pour moi ni pour les autres. Plus envie ne serait-ce que de mélanger des ingrédients entre eux... Plus envie de nourriture carnée... Plus envie d'aliments cuits hormis quelques exceptions... Plus envie de féculents hormis le riz... Oui, ça devenait presque problématique ! Heureusement, je fantasmais encore sur les crudités et le simple potage de légumes ! Puce semble très attachée à ses cinq portions de fruits et légumes recommandées quotidiennement...

Et depuis quelques temps, puce a découvert le chocolat et est devenue le digne bébé de sa maman ;-) ! Elle apprécie aussi les produits venus de la mer et m'autorise à nouveau à manger quelques légumes cuisinés même si elle a un gros faible pour la soupe ! Puce est déjà très sensible à son équilibre nutritionnel ainsi qu'à celui de sa maman ;-).

Mais bon, ce soir c'est réveillon alors je lui ai expliqué que ce serait bien de manger équilibré certes mais que servir de la soupe à nos invités, c'était peut-être un peu light... On s'est mises d'accord, pas de viande mais un peu de poisson, des légumes et quelques patisseries...

Petits croissants à la truite saumonée, petits chaussons aux poireaux et Saint-Jacques, petites verrines de thon à la crème de betterave, petits flans de carrottes, petits clafoutis de thon à la tomate, rillettes de Saint-Jacques, fromages puis petits cannelés au chocolat, fondant aux marrons et shortbread maison le tout accompagné de jus de fruit pour elle et maman tandis que les autres boiront des jus de fruits un peu plus alcoolisés...

Je remercie mes amies Cathy, Agnès & Myriam qui participent à ce petit repas et m'évitent de passer ma journée aux fourneaux car puce aime aussi quand sa maman se repose ;-)...

Il est donc prévu que je revienne partager avec vous quelques recettes ;-).

En attendant, je vous souhaite une belle fin d'année, un beau et bon réveillon et le meilleur pour l'année qui commence bientôt !

dimanche 29 juillet 2012

Le brookie !

Tout a commencé avec Guillemette ;-).

J'ai la chance d'être lyonnaise et par conséquent de pouvoir fréquenter son charmant petit salon où l'on se sent chouchouté à chaque fois... Et Guillemette n'est pas seulement experte en dessert, elle sait tout faire... Ses menus sont devenus pour moi une source d'inspiration et je guette l'instant où elle décidera d'élargir son blog aux recettes salées.

Comme d'habitude, après avoir dégusté mon entrée et mon plat, je termine par une douceur sucrée et lors de mon dernier passage, j'ai pris ce fameux brownie recouvert de cookie...

Bref, j'ai testé le brookie de Guillemette... Terrible !

Il fallait donc que je le réalise à mon tour ;-). Je me suis néanmoins permise une incartade dans la recette puisque je n'ai pas respecté les proportions de beurre, remplaçant de plus en plus celui-ci par de la purée d'amande. Par ailleurs, j'ai diminué le sucre afin que ce brookie ne soit pas une bombe calorique (heu..., il y a quand même du sucre et du beurre hein ^^ sinon ce ne serait pas un brookie ;-) !). Le résultat a été convaincant :-) !

Brookies à la purée d'amande


Ingrédients

Pour le brownie :

75g de farine
100g de sucre (au lieu de 125)
50g de beurre (au lieu de 75)
1 cuillère à soupe de purée d'amande
125 de chocolat
2 oeufs
50g d'amande concassées

Pour le cookie :

165g de farine
1 cuillère à café rase de levure
110g de sucre roux (au lieu de 135)
50g de beurre mou (au lieu de 120)
2 cuillères à soupe de purée d'amande
1 oeuf
100g de pépites de chocolat
1 poignée généreuse de flocons d'avoine (touche personnelle, j'adore ça !)

Préparation

1- préparez le brownie dans un premier temps en commençant par faire fondre le chocolat avec le beurre au bain-marie.
2- ajoutez la purée d'amande et le sucre hors du feu.
3- ajoutez ensuite les oeufs et fouettez vivement le mélange.
4- incorporez la farine puis les amandes concassées.
5- versez la préparation dans un moule carré ou rectangulaire (de 20 à 25 cm pour les dimensions des côtés)
6- préchauffez votre four à 200°C
7- préparez la pâte à cookie en commençant par mélanger le beurre, la purée d'amande et le sucre jusqu'à l'obtention d'un mélange crémeux puis ajoutez l'oeuf.
8- incorporez la farine mélangée avec la levure chimique et travaillez légèrement la pâte.
9- ajoutez les pépites de chocolat ainsi que les flocons d'avoine.
10- émiettez ce mélange sur la pâte à brownie et enfournez pendant 25 minutes à 180°C (surveillez la cuisson car pour Guillemette le brookie a cuit beaucoup plus vite).
11- coupez en petits carrés un fois le brookie refroidi.



Régalez-vous !

dimanche 15 juillet 2012

Le cookie, épisode 5 !

Quoi de mieux qu'une recette phare pour revenir après cette longue pause ?

Car oui mon blog était au repos...
Comme d'habitude, j'ai un chapelet d'excuses ;-)... Il a fait chaud et je n'avais plus le courage de faire fonctionner mon four... Alors j'ai carburé aux salades et aux crudités et c'eut été effronté de ma part de publier mes carottes rapées, tomates/mozzarella et autres salades basiques hein ;-) ? J'ai également réalisé quelques recettes peu présentables ^^. Et lorsqu'elles l'étaient, nous avons tout dévoré avant que j'aie pu prendre une photo !
En dehors de ces considérations pragmatiques, ces dernières semaines furent tout simplement chargées...

Et puis il y a quelques jours, j'ai fait une chouette découverte grâce à Guillemette et mes pas se sont enfin dirigés vers l'épicerie fruit où mes papilles se sont retrouvées dans une petite caverne d'Ali Baba réservée aux produits élaborés à base de fruits...

J'ai donc (entre autres !) déniché des petits cubes de noix de coco moelleuse que j'ai de suite imaginés dans des cookies... On ne se refait pas ^^ ! Rien à voir avec des cookies classiques à la noix de coco "râpée" puisque la noix de coco moelleuse est de la noix de coco séchée puis réhydratée avec un sirop sucré...

Voici donc de délicieux cookies moelleux et croustillants, très gourmands (et très sucrés !) avec ces pépites de noix de coco qui fondent en bouche...

Cookies à la noix de coco moelleuse et au chocolat noir


Ingrédients

150g de sucre de canne blond (je pense que j'aurais pu en mettre un peu moins...)
50g de beurre mou
2 jaunes d'oeuf
2 cuillère à soupe rases de purée d'amande
200g de farine
1/2 cuillère à café de bicaronate de soude
80g de chocolat noir concassé
80g de petits cubes de noix de coco moelleuse

Préparation

1- travaillez le beurre mou avec le sucre puis incorporez la purée d'amande et les jaunes d'oeufs.
2- ajoutez la farine mélangée avec le bicarbonate de soude jusqu'à obtention d'une pâte épaissse mais souple.
3- incorporez le chocolat noir ainsi que les "pépites" de noix de coco moelleuse (pour ma part, j'ai coupé mes cubes en deux car je les trouvais tros gros et donc peu pratiques à incorporer).
4- préchauffez votre four à 200°C.
5- confectionnez des boules de pâte et disposez-les sur une plaque recouverte de papier sulfurisé ou d'une feuille de silicone. Veillez à les espacer car les cookies s'étalent un peu pendant la cuisson.
6- enfournez et laissez cuire 10 minutes à 180°C.
7- laissez refroidir afin que les biscuits durcissent un peu car ils sont mous à la sortie du four.
8- conservez dans une boite en fer s'ils ne sont pas dévorés dans la foulée ;-).



Régalez-vous !




lundi 18 juin 2012

Pour une gourmande de salidou...

Vous connaissez très certainement le salidou, cette divine crème de caramel au beurre salé que l'on trouve dans toutes les épiceries bretonnes, tout particulièrement à Quiberon, et, fort heureusement pour moi, dans toutes les bonnes épicerie fines de France et de Navarre ;-).

Comme le succès entraine souvent l'apparition des produits dérivés, la Maison d'Armorine a eu la bonne idée de commercialiser des éclats de salidou, une petite merveille de pépites de caramels au beurre salé qui se marient au gré des envies avec de nombreuses recettes de patisserie.

Et comme hier soir nous fêtions l'anniversaire d'une salidou-addict, je les ai glissés dans des petits sablés (tout en me disant qu'il faudrait aussi que j'essaie dans un gâteau au chocolat, dans des scones, dans des navettes, dans des cookies, etc.). A suivre donc ;-).

Par ailleurs, c'était l'occasion d'utiliser un petit tampon "biscuits maison"que tout le monde a dû voir dans les librairies au moment des fêtes de Noël...

Petits sablés aux éclats de salidou



Ingrédients

275g de farine bise
125g de sucre blond
100g de beurre mou
1 oeuf
5 cuillères à soupe d'éclats de salidou

Préparation

1- fouettez le beurre, le sucre et l'oeuf jusqu'à l'obtention d'un mélange crémeux.
2- incorporez la farine petit à petit jusqu'à l'obtention d'une pâte souple et épaisse.
3- ajoutez les éclats de salidou.
4- laissez reposer une heure au frais.
5- préchauffez votre four à 180°C.
6- découpez des petits sablés à l'emporte-pièce (et si tampon vous avez, amusez-vous à les personnaliser) et disposez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
7- enfournez et laissez cuire une quinzaine de minutes (quelques minutes de plus si vous préférez les sablés bien croquants et dorés)
8- faîtes chauffez l'eau pour le thé ;-) !



Régalez-vous !





lundi 11 juin 2012

Le samoussa : épisode 2

Une terrible envie de cuisine aux accents sud-américains ?
Ces petits samoussas sont parfaits pour changer du traditionnel guacamole et ses tacos servis à l'apéritif (même si je suis adepte de l'avocat sous toutes ses formes, hein !).

Des samoussas mexicains donc ? Heu non...  ;-). Avant tout, ce sont des samoussas avec ce qu'il y avait dans le frigo en fait ;-). Et aujourd'hui, les poivrons cotoyaient le poulet fraichement acheté sur le marché... Rajoutons à cela quelques feuilles de brick qui attendaient d'être utilisées à bon escient, il me suffisait de préparer une farce, cqfd ? 

Le samoussa présente l'avantage de pouvoir être garni avec presque tout, fromages, légumes, viandes, poissons, fruits... Et ça, c'est drôlement pratique ! Ce petit triangle croustillant avec sa garniture fondante et moelleuse présente un second avantage : il remporte toujours un franc succès !

Comme d'habitude, ils sont cuits au four et cette fois-ci, j'ai rajouté du gomasio dans mon huile d'olive parce que c'est bon et parce que c'est joli ;-), tout simplement !

Samoussas au poivron & poulet épicés


Ingrédients (pour 16 samoussas)

2 filets de poulets
2 grosses échalottes
1 gros poivron vert
1 cuillère à soupe de concentré de tomate
1 oeuf
1 cuillère à soupe d'épices chili (mélange "Cook" que vous trouvez dans les magasins bio pour ma part mais tout est permis et c'est encore mieux quand on fait son mélange soi-même)
8 feuilles de brick
huile d'olive
gomasio
sel & poivre

Préparation

1- émincez les échalottes et le poivron. Dans une sauteuse, faites chauffer un filet d'huile d'olive et braisez les légumes.
2- une fois les légumes légèrement dorés, ajoutez le poulet coupé en morceaux et laissez cuire une vingtaine de minutes.
3- épicez cette préparation à votre convenance et ajoutez la cuillère à soupe de concentré de tomate... Salez et poivrez.
4- retirez du feu et laissez refroidir avant de passer cette préparation au hachoir. Incorporez l'oeuf  afin d'amalgamer la farce ainsi obtenue.
5- préchauffez votre four à 180°C.  
6- pliez vos samoussas en les garnissant généreusement et badigeonnez-les d'huile d'olive et de gomasio avant de les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
7- enfournez et laissez cuire environ 25 minutes.
8- dégustez lorsqu'ils sont encore chauds...



Bon appétit !


lundi 28 mai 2012

Risotto encore et toujours...

Quoi ? Un risotto par cette chaleur ? Est-ce vraiment une bonne idée ?
J'avoue qu'il a fallu dépasser l'épisode de moiteur dans la cuisine durant la cuisson du riz mais après, et bien après, une fois dans l'assiette, oui, ce risotto était une vraie bonne idée ;-).

Et comme annoncé lors du précédent risotto, celui-ci est aux champigons... Bon, ce n'est pas la saison des cèpes mais il existe quelque chose de très pratique qui se nomme le congélateur et qui permet de cuisiner hors saison (même si c'est beaucoup mieux de cuisiner en fonction des saisons, je le concède humblement).

J'ai plusieurs excuses...
Primo : ici, nous sommes risotto-addict  et cèpes-addict (spécialement ma moitié).
Deuxio : il faut dégivrer le congélateur !
Tertio : j'ai complètement raté ma recette de biscuits à la cuilllère au chocolat, impubliable sur le blog (les pseudo-biscuits sont très moches même si pas mauvais pour autant), j'ai donc préféré cuisiner une valeur sûre pour poster un billet ;-)...

Pour agrémenter ce risotto, quelques cébettes du marché et des filets de poulet fermier en ont fait un plat savoureux et complet. 

Risotto aux cèpes, cébettes et poulet 


Ingrédients (pour  4 personnes)

2 gros filets de poulet
environ 400g de cèpes émincés (plus ou mois...)
1 botte de cébettes
75cl de bouillon de légumes
1 verre de vin blanc (sec)
250g de riz biologique spécial risotto (type arborio) 
3 cuillères à soupe de parmesan
sel & poivre
huile d'olive

Préparation

1- pochez les filets de poulet dans le bouillon de légumes pendant une vingtaine de minutes. Réservez le poulet ainsi que le bouillon. Une fois le poulet tiède, détaillez-le en morceaux.
2- émincez les cébettes et gardez quelques tiges coupées finement pour la présentation. Dans une grande sauteuse, faites-suer la moitié des cébettes ainsi que les cèpes avec un filet d'huile d'olive. Braisez l'ensemble une petite dizaine de minutes puis réservez.
3- faites suer la seconde moitié des cébettes puis ajoutez le riz. Lorsque celui-ci est translucide, déglacez avec le verre de vin blanc.
4- ajoutez petit à petit le bouillon de légume jusqu'à complète absorption.
5- lorsque le riz est fondant, incorporez les cèpes ainsi que le poulet. Ajoutez le parmesan et remuez afin d'obtenir une consistance crèmeuse. Salez et poivrez à votre convenance.
6- servez chaud et parsemez de tiges de cébettes finement ciselées.


Bon appétit !

lundi 21 mai 2012

Souvenirs d'enfance

Envie de réconfort face à cette météo peu clémente ? Vous je ne sais pas mais moi, oui ! Il me fallait une petite douceur chocolatée vanillée... Une fois n'est pas coutume ;-) !

Quoi de plus adapté que cette petite crème au tapioca, douce et régressive à souhait, épaisse et onctueuse en bouche, légèrement sucrée et subtilement parfumée ? 

Outre le fait de raviver un souvenir d'enfance, c'était l'occasion de cuisiner du tapioca... Je me rappelle ma mère préparant une petite crème minute au lait et au tapioca lorsqu'il n'y avait plus de dessert et que nous réclamions ses fameuses "danettes maison" (car ma maman nous a toujours préparé nos crèmes dessert et quelles crèmes !). 

Ma mère ne suivant jamais une recette à la lettre, j'ai suivi mon instinct tout comme elle ! Le hasard fait bien les choses parfois car le résultat est juste ce qu'il me fallait... Une texture propre au tapioca avec ces petites billes qui roulent sous le palais et la langue, une consistance légèrement crémeuse et épaisse (je suis fan de crème patissière !) et un réconfortant parfum de vanille !

Crème vanillée au tapioca



Ingrédients

50cl de lait
une gousse de vanille (pour moi vanille bourbon de Madagascar)
2 oeufs
3 cuillères à soupe de sucre de canne
3 cuillères à soupe de tapioca
1 cuillère à café de fécule de pomme de terre (parce que j'aime bien les crèmes épaisses donc selon vos goûts, il est tout à fait possible de ne pas en mettre)

Préparation

1- faites chauffer le lait à feu doux, ouvrez la gousse de vanille en deux en prenant soin de gratter les grains à l'intérieur et laisser infuser une dizaine de minutes.
2- fouettez les oeufs avec le sucre et la cuillère de fécule.
3- lorsque le lait frémit, versez le tapioca et remuez avec un fouet.
4- ajoutez de suite le mélange à base d'oeuf en fouettant énergiquement de façon à ne pas retrouver des bouts d'omelette dans la crème ;-) !
5- laissez cuire tout en continuant de remuer jusqu'à ce que la crème épaississe.
6- versez dans des pots et laissez refroidir avant de déguster.



Bon appétit !

dimanche 20 mai 2012

En route vers le printemps ?

Comme tout le monde, je désespère un peu face aux fausses alertes printanières de ce mois-de mai...
Comme tout le monde, je suis fatiguée de cette météo sinusoïdale...
Comme tout le monde, j'ai envie d'un vrai printemps...

Ce matin, en faisant mon marché et en sentant la chaleur du soleil sur mes épaules, j'ai même cru qu'il était enfin arrivé (c.a.d pour de vrai  ;-) !) et puis non... Pour conjurer le sort, j'ai quand même acheté mes premières tomates de la saison... Et cet après-midi, il pleut des cordes  ^^ !
Mais bref, ce n'est pas une recette à base de tomates dont je vais vous parler aujourd'hui ! Après ma traditionnelle cure de soupes hivernales (je suis fan !), j'ai envie de légumes crus... Ok, je peux me faire une salade et des crudités me direz-vous :-) ! Oui je sais et je le fais régulièrement ;-). Non, je souhaitais quelque chose de différent et je me suis dit que c'était l'occasion de me lancer dans la confection de rouleaux de printemps...

Tantantan... Comme il s'agissait d'une grande première pour moi, je m'en suis allée de ce pas regarder des vidéos sur YouTube et trop fastoche, je me suis dit que j'allais faire ça en deux temps, trois mouvements... Hum... Heu, ok, c'est facile mais n'ayant pas le coup de main, il m'a quand même fallu un certain temps ;-).

Pour ce premier opus, j'ai été très classique en optant pour une garniture basique à base de crudités, nouilles de riz, poulet et crevettes... mais j'avoue déjà penser à cette recette-là qui me fait du coin de l'oeil et qui n'est pas pour rien dans mon envie subite de rouleaux de printemps... 

Rouleaux de printemps 



Ingrédients (pour 6 rouleaux)

100g de nouilles de riz (idéalement du vermicelle mais pour ma part, c'était des nouilles un peu plus larges)
2 petits filets de poulet 
75cl de bouillon de légume
12 crevettes
1 grosses carotte
1/2 concombre
6 galettes de riz de 22cm de diamètre
coriandre fraîche
12 feuilles de salade
sel & poivre
sauce spéciale rouleaux de printemps (car oui, je suis une feignasse, je n'ai pas fait ma sauce moi-même mais la recette est très simple et elle se trouve encore par ici ;-) !)

Préparation

1- pochez les filets de poulet dans le bouillon de légumes pendant 25 minutes. Réservez et laissez refroidir.
2- faites cuire les nouilles de riz dans de l'eau salée et une fois cuites, passez-les sous l'eau froide afin qu'elles ne collent pas entre elles. Egoutez et réservez.
3- épluchez le demi concombre et la carotte et émincez-les finement (soit à l'aide d'un économe, soit un couteau à julienne).
4- décortiquez les crevettes et coupez-les en deux dans l'épaisseur en veillant à bien enlever les intestins si nécessaire (et isolez le chat pour éviter tout miaulement intempestifs !).
5- émincez le poulet puis assaisonnez-le à votre convenance.
6- préparez le plan de travail en le recouvrant d'un linge propre et humide.
7- trempez une feuille de riz (environ 10 secondes) dans de l'eau tiède (dans un plat à tarte c'est très pratique) et une fois ramollie, étalez-la sur le linge humide. 
8- placez 2 feuilles de salade sur chaque galette puis les nouilles, le poulet, les feuilles de coriandre et les crudités sur la partie inférieure de la feuille (le plus proche de vous) et commencez à rouler la galette jusqu'au milieu puis rabattez les côtés sur le centre, placez les crevettes sur la feuille de riz puis terminez de rouler. Répétez l'opération pour les autres rouleaux. Voilà, c'est prêt !
9- dégustez avec une sauce spéciale pour rouleaux de printemps.


Bon appétit !

***

Soyez indulgents, ne tentez pas le chat  ;-) !



lundi 7 mai 2012

Des scones pour "chocolat-addict"

Par chez nous, on adore les scones, ces petits "pains" britanniques que l'on déguste aussi bien au petit-déjeuner qu'au goûter (qu'à n'importe quelle heure de la journée aurais-je envie de rajouter !) ! Et vu que le chocolat chez moi est également une religion, il fallait bien que je finisse par vous parler de scones aux pépites de chocolat, non ?

Pour cette version, je souhaitais des scones ultra-moelleux, presque briochés et il me fallait pour cela du "buttermilk" ce qui n'est pas facile à acheter par chez nous... Ce n'est pas du babeurre, ce n'est pas non plus du lait fermenté (mais là encore, tout le monde n'est pas d'accord...) c'est un lait un peu épais, guère plus gras que le lait et légèrement fermenté ^^.
Ouille, comme vais-je faire pour en fabriquer hein ? Et bien tout simplement en mélangeant un yaourt et du lait tiède additionné de citron... Attention, ce n'est pas du buttermilk mais ça y ressemble ;-). Et le résultat escompté est à la hauteur donc tout va bien. Ouf !

Voici donc des petits scones au buttermilk vanillé ("made home") qui leur confère une consistance moelleuse à souhait et un parfum doux et subtil qui s'équilibre à merveille avec l'arôme puissant du chocolat noir des pépites !

Scones moelleux aux pépites de chocolat


Ingrédients (pour une quinzaine de scones)

450g de farine
40g de sucre (je les aime peu sucré)
1 cuillère à café bombée de levure biologique
1/4 de cuillère à café de bicarbonate de soude
90g de beurre
125ml de lait
1 yaourt
1cuillère à café de jus de citron
70g de pépites de chocolat
1/2 cuillère à café de vanille en poudre naturelle

Préparation

1- faites tiedir légèrement le lait additionné de jus de citron avec la vanille en poudre. Réservez l'ensemble et une fois refroidi, mélangez-le avec le yaourt de façon à obtenir un liquide crémeux et homogène.
2- mélangez la farine, le sucre, la levure et le bicarbonate dans un saladier. Ajoutez le beurre froid coupé en morceaux et travaillez l'ensemble jusqu'à l'obtention de fines miettes.
3- incorporez le buttermilk maison aux ingrédients secs et pétrissez légèrement la pâte qui va s'avérer assez collante (et pas très facile à travailler par conséquent...). Incorporez ensuite les pépites de chocolat.
4- préchauffez votre four à 180°C.
5- pâte collante oblige, ne cherchez pas à l'étaler mais prenez votre emporte-pièce, placez-le sur votre plaque de four recouverte de papier sulfurisé et tassez une portion de pâte à l'intérieur puis otez l'emporte-pièce... C'est beaucoup plus simple dans ce sens ;-).
6- enfournez pendant une quinzaine de minutes... Patientez et dégustez-les encore tièdes, c'est parfait ! Ces petits scones sont très moelleux et le sont encore le lendemain matin (car oui, j'ai réussi à en sauver quelques-uns ;-) !)


Régalez-vous !

mardi 1 mai 2012

Le cookie, épisode 4 !

Cela fait déjà quelques semaines que je compte publier ma recette de cookies "rochers" aux flocons d'avoines et chocolat noir et malgré cette intention pour ce week-end, ce n'est pas ma recette qui se trouve par ici mais une recette qui m'a tellement fait de l'oeil que, pour une fois, je suis sortie des sentiers battus et je l'ai suivie...

Voici donc de petits cookies aux accent italiens puisque j'ai suivi la recette de cookies publiée par une blogueuse que j'admire, ceux qui me connaissent savent d'ores et déjà que je parle d'Edda sans avoir besoin de cliquer sur le lien ;-) !

Deliziosi ;-) !

Très différents de mes recettes habituelles, la noisette et sans doute la farine de chataigne donnant une saveur particulière, ces petits biscuits gardent l'âme d'un cookie et ont toutes les qualités requises pour satisfaire la cookie-addict que je suis !

Bon, j'ai quand même contourné un peu la recette pensant qu'il ne me manquait que le gianduia alors qu'au moment de la réalisation, je me suis aperçue que je n'avais pas de raisins secs ^^ ! Et bien qu'à cela ne tienne, j'ai mis un peu plus de gianduia et un peu plus de flocons d'avoine ;-) !

Cookies aux flocons d'avoine et gianduia (appelés aussi les cookies d'Edda)


(Je sais, ma photo n'est pas aussi convaincante que celle d'Edda...)

Ingrédients

120g de beurre mou (j'ai opté pour la version beurre puisque je n'utilise pas de saindoux)
1 oeuf
100g de sucre blond
80g de sucre roux (j'ai inversé sciemment les proportions sucre blond/sucre roux car je n'utilise que du sucre biologique et mon sucre roux sucre vraiment beaucoup puisque très peu raffiné)
130g de farine T65 (pas de T55 à la maison)
20g de farine de chataigne
20g de farine complète
1 cuillère à café bombée de levure bio
50g de poudre de noisette (grillée pour ma part donc très parfumée !)
80g de gianduia haché
80g de flocons d'avoine

Préparation

1- fouettez le beurre avec les sucres puis ajoutez l'oeuf et mélangez jusqu'à l'obtention d'un appareil crémeux et homogène.
2- mélangez les farines avec la poudre de noisette et la levure. Incorporez au mélange précédent afin d'obtenir une pâte épaisse.
3- incorporez délicatement à l'aide d'une cuillère le gianduia haché en petit dés et les flocons d'avoine.  
4- préchauffez votre four à 160°C
5- sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, formez de petites boules de pâte et disposez-les en les espaçant afin que les biscuits ne collent pas entre eux à la cuisson.
6- enfournez pendant 15 minutes à 160°C. Laissez refroidir ensuite avant d'enlever les biscuits car ceux-ci sont encore souples à la sortie du four.
7- vive le thé ou le café ;-) pour les déguster !



Régalez-vous !

PS : Marie, la prochaine fois je pense à toi, promis ;-) !

lundi 23 avril 2012

Petites tartelettes de saison...

Depuis quelques semaines, j'ai retrouvé avec joie les asperges de ma petite productrice et nous les dégustons tout simplement tièdes (cuites à l'eau) avec une vinaigrette agrémentée de purée d'amande (merci à Lilo pour l'idée, je ne jure plus que par la purée d'amande dans la plupart de mes sauces de salades !).

Aujourd'hui, je voulais changer et même si j'adore les asperges telles quelles, je me suis dit que les accommoder en tartelettes me permettrait 1- de tester ces petits moules carrés que j'ai acquis il y a quelques temps et qui dorment dans mes placards depuis ^^ et 2- d'essayer ma dernière farine achetée !

En effet, étant dans une phase où je teste les farines qui sortent de l'ordinaire (j'aime ça et les expériences sont rarement décevantes !), la dernière en date qui m'a fait de l'oeil est la farine de lupin. J'ai de suite aimé sa belle couleur jaune ! Et je l'ai de suite envisagée dans une pâte à tarte salée...
Et non, je n'ai toujours pas acheté le livre de Kim Boyce, "Les douzes farines" mais ça me démange ;-).

Au final, ce fut un repas de saison puisque celui-ci s'est décliné autour de l'asperge, version simple et version cuisinée. Car j'ai quand même fait cuire ma douzaine d'asperges sans réaliser que je ne mettrai pas 6 grosses asperges dans une tartelette ;-). No comment...

Tartelettes aux asperges et échalottes (pour 2 tartelettes)



Ingrédients

125g de farine semi-complète
125g de farine de lupin
125g de beurre mou
2 jaunes d'oeufs
5cl d'eau
1 échalotte
2 grosses asperges blanches
4cl de lait (ou plus selon la garniture désirée)
huile d'olive
sel, poivre et ciboulette

Préparation

1- préparez la pâte brisée en mélangeant les deux farines et le beurre mou de manière à obtenir un ensemble sablé puis ajoutez un jaune d'oeuf et l'eau. Une fois prête, laissez reposer une heure au frais.
2- épluchez les asperges et faites-les cuire à l'eau pendant 15 à 20 minutes (selon leur grosseur).
3- hachez finement les échalottes et faites les suer légèrement dans un filet d'huile d'olive le temps qu'elles blondissent. Réservez.
4- mélangez le jaune d'oeufs avec le lait, salez et poivrez puis ajoutez la ciboulette et les échalottes lorsque celles-ci ont refroidi.
5- préchauffez votre four à 200°C.
6- étalez la pâte brisée sur environ 2 mm d'épaisseur et garnissez vos moules à tartelettes généreusement. Congelez le reste de la pâte car vous n'en utiliserez qu'une petite moitié.  
7- coupez les aperges en tronçons de 2 cm et disposez l'équivalent d'une asperge sur chaque fond de tarte en prenant soin de mettre les pointes au centre (c'est seulement plus joli). Recouvrez avec l'appareil à base d'échalotte.
8- faites cuire pendant 25 minutes à 180°C.
9- dégustez chaud, c'est meilleur !


Bon appétit !

mercredi 18 avril 2012

Le samoussa : épisode 1

Comment ça épisode 1 ? 
Cette petite douceur salée se déclinant à l'infini, d'autres suivront très certainement... Donc il faut bien instaurer un premier opus, non ? 

Mon homme étant fan (et pas que lui !), je suis amenée régulièrement à me lancer dans la préparation d'une farce suivie d'une session pliage ;-). En revanche, je ne suis pas adepte des samoussas frits et j'ai pour habitude de les faire cuire au four après les avoir légèrement badigeonnés d'huile d'olive... C'est moins gras et malgré tout très croustillant !

Pour ce premier épisode donc, j'ai choisi de glisser des épinards avec la viande de boeuf (heu, en fait j'ai biaisé... Le samoussa ou l'art de faire manger des épinards en douce !). Le tout relevé avec du gingembre frais, un vrai délice !

Samoussas au boeuf, épinards et gingembre


Ingrédients (pour une vingtaine de samoussas)

300g de viande de boeuf hachée biologique
300g de feuilles d'épinards
3 oignons
1 morceau de gingembre (plus ou moins gros selon les goûts !)
1 cuillère à café de coriandre moulue
1 cuillère à café de garam massala
1 oeuf
1 grosse tranche de pain sec
coriandre fraiche
10 feuilles de brick rondes
huile d'olive, sel & poivre

Préparation

1- émincez les oignons grossièrement, faites braiser dans un peu d'huile d'olive dans une grande sauteuse puis ajoutez la viande de boeuf haché.
2- rapez le gingembre et préparez les épinards puis ajoutez le tout à la préparation en train de cuire. Mélanger et incorporez la coriandre et le garam massala. Couvrez et laissez mijoter 20 minutes en remuant de temps à autre.
3- une fois la base de la farce cuite, laissez refroidir un peu puis émiettiez le pain sec et mixez la moitié de la viande avec celui-ci. Ajouter le reste de la farce non mixée, l'oeuf et la coriandre fraiche puis malaxez bien (c'est mon étape préférée, ne me demandez pas pourquoi !). Salez et poivrez à votre convenance.
4- coupez vos feuilles de brick en deux afin d'obtenir vingt demi-cercles. 
5- préchauffez votre four à 170°C.
6- procédez au façonnage en pliant encore en deux le demi-cercle afin d'obtenir une bande, mettre une cuillère à soupe de farce, rabattre afin d'obtenir un triangle que vous pliez plusieurs fois sur lui-même et repliez à l'intérieur du samoussa le dernier rabbat de votre feuille de brick afin de fermer celui-ci (whaou... pas facile à expliquer le pliage du samoussa ^^ !).
7- disposez sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et à l'aide d'un pinceau, badigeonnez chaque samoussa d'huile d'olive salée (ou pas !).
8- laissez cuire 25 minutes au four afin d'obtenir des samoussas bien croustillants.
9- dégustez tels quels à l'apéritif ou en entrée accompagnés d'une salade.


Bon appétit !


lundi 16 avril 2012

Un souvenir du sud...

Alors là rien ne va plus...
Après les sablés de Noël à Pâques, voici des petites navettes provençales qui se mangent traditionellement pour la chandeleur ^^...

Je vous l'ai déjà dit, j'adore la fleur d'oranger... Il m'était donc impossible d'attendre l'année prochaine ;-). Je crois même que ces navettes pourraient pourrait bien devenir une recette fétiche par ici et être confectionnées à longueur d'année...

Ma moitié m'a fait redécouvrir ce petit biscuit lors d'une escapade à Aix-en-Provence et je suis revenue avec la ferme intention de me lancer... La recette est toute simple, le façonnage peut-être un peu moins (soyons indulgents, ce sont mes premières !) mais le résultat final est juste comme il faut...

Et, une fois n'est pas coutûme, j'ai suivi une recette (mais qu'est-ce qu'il se passe ?) ! J'ai jeté mon dévolu sur celle-ci (d'ailleurs il me faudra tester la pana cotta aux calissons...). Bon, j'ai quand même mis ma touche personnelle et ce malgré moi ^^... J'ai lu top vite le déroulement de la préparation et au lieu de laisser reposer 2h après le façonnage, je me suis trompée et j'ai laissé reposer ma pâte 2h avant... Résultat : des navettes esthétiquement peu convaincantes mais gustativement parfaites... N'est-ce pas là l'essentiel ?

Navettes à la fleur d'oranger


Ingrédients (pour une quinzaine de navettes)

330g de farine
100g de cassonade biologique (je n'avais pas de sucre blond dans mes placards)
50g de beurre mou
2 oeufs
5cl d'eau de fleur d'oranger

Préparation

1- travaillez le beurre mou avec les ingrédients secs.
2- creusez une fontaine, ajoutez les oeufs et la fleur d'oranger et pétrissez jusqu'à l'obtention d'une pâte épaisse et malléable qui ne colle pas aux doigts.
3- formez de petites boules de pâte, roulez-les de façon à les allonger et pincez-les aux extrémités afin de leur donner une forme de barque.
4- une fois déposées sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, incisez chaque navette dans le sens de la longueur.
5- laissez reposer ("croûter") pendant 2 heures (et ne faites pas comme moi, j'ai laisser croûter ma pâte avant le façonnage ce qui explique leur aspect grumeleux)
6- préchauffez votre four à 180°C
7- enfournez pendant 15 minutes. Les navettes doivent être tout juste dorées.


Régalez-vous !

Bis repetita...

Voilà, je ne pouvais pas rester sur des navettes si délicieuses mais grumeleuses...
Vous êtes d'accord ?
Et vu qu'elles sont très bonnes et que leur durée de vie s'est limitée à 24 heures, j'ai remis les mains dans la pâte dès le lendemain...
Et cette fois-ci, j'ai laissé "croûter" après avoir confectionné mes petites barques ;-) !

C'est un peu plus joli et surtout toujours aussi bon.





lundi 9 avril 2012

A la recherche du sablé andalou...

Oui, le week-end de Pâques vient de se terminer...
Oui, nous avons festoyé copieusement...
Oui mais... Il fallait bien que je cuisine quand même aujourd'hui puisque ce blog ronronne depuis une quinzaine de jours en raison d'une escapade dans le sud et d'un week-end pascal chargé...

Rien à voir avec Pâques, voici un petit biscuit sans chocolat... Depuis l'été dernier je cherche le nom des petits sablés que mon amie Mika m'avait rapporté d'Espagne, un sablé à base d'amande et de citron, extrêmement fondant en bouche... Et j'ai enfin trouvé comment se nommaient ces petites douceurs, des polvorones, appelés aussi sablés andalous. Ceux-ci peuvent être au citron mais également à l'anis, à la cannelle, à la vanille, etc.

Bien entendu, je ne déroge pas à la règle, une fois de plus, ils sont faux ;-)... Hé oui, les vrais polvorones se font avec du saindoux... Oups ! Heu, non merci, ça ne va pas être possible ^-^... (Même si j'en ai certainement mangé sans le savoir). J'ai donc utilisé du beurre...

Après mixage de plusieurs recettes (oui, un jour il faudra que je me décide à suivre une seule recette tout simplement...), j'ai obtenu de petits sablés très agréables mais loin d'être à la hauteur des merveilles faites par les patissiers espagnols. Cela dit, tête de mule un jour, tête de mule toujours, je ne suis pas prête à utiliser du saindoux en patisserie et ces petits biscuits sont forts sympathiques quand même ;-) !

Petits sablés "ultra sablés" à l'amande et au citron


Ingrédients

200g de farine
100g de poudre d'amande
100g de sucre
50g de sucre glace
120g de beurre
2 cuillère à soupe de jus de citron

Préparation

1- étaler la farine dans un plat à tarte et faites la chauffer une quinzaine de minutes au four à 180°C. Veillez à ce qu'elle ne dore pas et n'hésitez pas à la remuer de temps à autre. 
2- travaillez le beurre mou avec le jus de citron et le sucre glace.
3- mixer la poudre d'amande, le sucre et la farine (une fois refroidie !) ensemble jusqu'à l'obtention d'une poudre très fine.
4- incorporez au batteur la moitié de cette préparation au mélange à base de beurre.
5- ajoutez le reste à la main en pétrissant la pâte qui va s'avérer très friable et réservez celle-ci au frais pendant une heure
6- préchauffez votre four à 180°C.
7- sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, façonnez chaque biscuit en tassant la pâte à l'intérieur d'un emporte-pièce sur 1cm d'épaisseur environ.  
8- enfournez une quinzaine de minutes et laissez refroidir avant d'enlever les biscuits de la plaque puis saupoudrez de sucre glace et, si besoin est, conservez dans une boite en fer.


Régalez-vous !

lundi 26 mars 2012

Miam, un petit crumble salé !

C'est le printemps :-) !
Et avec les températures que nous avons depuis quelques jours, on pourrait même penser que nous ne sommes pas loin de l'été... Oui mais non...

Les légumes d'hiver restent encore bien présents chez mes petits producteurs locaux et même si les courgettes me font de l'oeil sur certains étals du marché, je résiste et je patienterai jusqu'à juin ! Je sais que d'ici là, j'aurais le plaisir de déguster les asperges d'avril de ma productrice préférée (sans engrais et sans pesticide bien sûr !)...

En attendant, pour changer des tartes et gratin  hivernaux, j'ai donc eu envie d'un crumble (oui, je sais, rien ne m'empêche de le faire en hiver mais le fait est que je n'ai pas pensé à le faire plus tôt tout simplement parce que j'associe plus souvent l'idée aux fameuses courgettes estivales ;-) ce qui est un tort !). J'avoue que Cléa m'a soufflé l'idée même si je ne cuisine pas son gratin-crumble n'ayant pas acheté de blettes au marché...

Et vu que j'ai récemment découvert la farine de pois-chiche et que je l'utilise un peu partout (cuisine expérimentale oblige !), j'ai changé un peu ma traditionnelle recette de miettes. Le résultat est sympathique et chéri est même content à l'idée qu'il en reste pour ce soir ;-) !

Crumble de poireaux et champigons de Paris


Ingrédients

3 poireaux
6 "gros" champignons de Paris biologiques
2 carottes (pour la couleur ;-) !)
1 échalotte
un filet d'huile d'olive
25 cl de bouillon de légumes
50g de beurre
60g de farine semi-complète
60g de farine de pois-chiche
2 cuillères à soupe de poudre d'amande
2 cuillères à soupe de parmesan rapé (du vrai !)
3 cuillères à soupe de graines de tournesol
sel & poivre

Préparation

1- faites suer l'échalotte émincée finement dans un peu d'huile d'olive.
2- ajoutez les poireaux coupés en fines lanières et les carottes débitées en petits cubes. Préparez les champignons de Paris et incorporez au mélange de légumes en train de cuire.
3- braisez le tout quelques minutes puis recouvrir avec le bouillon de légumes et laissez mijoter un quart d'heure.
4- préchauffez votre four à 180°C
5- confectionnez les miettes de crumble en travaillant du bout des doigts le beurre avec les farines. Ajoutez la poudre d'amande, le parmesan rapé et les graines de tournesol. Salez et poivrez.
6- répartissez les légumes dans un plat à gratin et recouvrez la préparation avec les miettes.
7- enfournez pendant 25 à 30 minutes et laissez cuire jusqu'à ce que la croûte soit dorée.
8- servez (accompagné de salade verte c'est parfait) et dégustez !


Bon appétit !

(il faudra d'ailleurs que je songe à m'acheter un joli plat à gratin comme Cléa...)

vendredi 23 mars 2012

Pour un blog zéro carbone...


Il me semble opportun de partager ce billet parce que ce petit geste ne prend que quelques minutes et qu'il est bon de planter un arbre afin de réduire nos émissions de gaz à effet de serre et compenser le bilan carbone de nos blogs. Car oui, un blog émet 3,6 kg de CO² par an... C'est peu mais ce petit geste additionné à d'autres est une pierre de plus à l'édifice fragile qu'est la sauvegarde de notre planète (à défaut d'avoir une campagne électorale où les préoccupations écologiques seraient enfin prises en compte...).


Pour plus de précisions...

Un blog, un arbre – le principe

Comment un arbre peut-il compenser le bilan carbone d’un blog ?
En participant à l’opération Blog zéro Carbone, vous pouvez facilement réduire vos émissions de gaz à effet de serre : un arbre permet de compenser les émissions de dioxyde de carbone liées au fonctionnement de votre blog. N’hésitez plus, et rejoignez-nous !

Quelles sont les émissions de CO2 liées au fonctionnement d’un blog ?
D’après une étude d’Alexander Wissner-Gross, diplômé en physique de l’université américaine de Harvard, la consultation d’une page web conduit en moyenne à l’émission de 20 milligrammes de CO2, soit 0,02 grammes. Pour un blog avec un trafic moyen (environ 15 000 pages vues par mois), cela correspond à des émissions annuelles de 3,6 kg de dioxyde de carbone. Cette valeur est à remettre en majeure partie sur le compte de la consommation électrique liée à l’utilisation de serveurs et matériels informatiques, et à leur refroidissement, très énergivore.

Comment fonctionne la compensation : 1 arbre = 1 blog !

Combien de CO2 un arbre est-il capable d’absorber ?
Il est difficile de donner une réponse précise et certifiée. La capacité d’absorption de CO2 d’un arbre peut énormément varier, et dépend ainsi de l’essence de l’arbre, de son exposition à la lumière, de la période de végétation, les changements de température dans le milieu, de la quantité d’eau disponible et de la qualité des sols.
Il y a aussi différentes manières de calculer le potentiel d’absorption d’un arbre. Les valeurs usuelles que l’on retrouve vont de 10 à 30kg de dioxyde de carbone absorbés annuellement par un arbre. On sait cependant que dans les premières années qui suivent la plantation, celui-ci ne peut absorber que peu de CO2 en comparaison avec le reste de sa vie. Également, il est admis qu’à partir d’une vingtaine d’années, cette valeur décroit lentement.
La CCNUCC, Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, a de son côté calculé et convenu de la valeur moyenne de 10 kg absorbés chaque année par un arbre. Petits gestes écolos, pour son opération Blog zéro Carbone, a choisi de rester relativement peu ambitieux sur ces valeurs, en retenant le chiffre moyen de 5 kg par arbre et par an. Ce conservatisme ne peut être que positif !

Un arbre suffit pour compenser les émissions de CO2 d’un blog
En reprenant les calculs ci-dessus, l’opération est très simple ! Sachant que la capacité d’absorption d’un arbre est estimée à au moins 5 kg de CO2 par an, et qu’un blog moyen en émet 3,6 kg, la plantation d’un arbre pour un blog doit permettre la neutralisation de son empreinte carbone sur l’environnement. La durée de vie moyenne d’un arbre étant de 50 ans, nous sommes assurés d’une compensation carbone durable, et même plus importante.
Votre blog a plus de 15 000 pages vues par mois ? Un arbre peut ne pas suffire : écrivez-nous et nous compenserons également les émissions de dioxyde de carbone pour votre blog ! (blog-zerocarbone@bonial.fr)

Comment et où les arbres sont-ils plantés ?
Pour la France, nous plantons les arbres avec notre partenaire I plant a tree. Ces arbres sont actuellement plantés en Allemagne, car nous souhaitions planter des arbres en Europe. Les besoins en France sont très locaux, et peu d’outils permettent un suivi des plantations sur Internet comme le fait I plant a tree.
Nous avons d’ores et déjà décidé de planter jusqu’à 1000 arbres, pour les premiers 1000 blogs qui accepteront de participer à l’opération Blog zéro Carbone.